Rosé pamplemousse
Shopping

Rosé pamplemousse

Un soir humide d’été, une température extérieure de 32 degrés , je repère une bouteille au loin, posée sur une table. Ce litron, encapsulé et peu sobrement étiqueté, me chante la promesse d’une « explosion d’agrumes dans la bouche » : tout un programme.

C’était un « rosé pamplemousse »

Je me rappelle alors de ce que me disait feu mon grand-père quand j’étais enfant : « Comment peux-tu savoir que tu n’aimes pas si tu n’as pas goûté ? ». Et bien, papy, avec le recul et dans certains cas, quand on sait comment c’est fait, on ne souhaite même pas s’y risquer!
Parce que l’ami pamplemousse, ce n’est pas du vin, ça appartient à la catégorie hybride des « boissons alcoolisées à base de vin » et c’est un mélange peu ragoûtant. Un toxico-cocktail vineux bourré de sucre, d’arômes « naturels » et artificiels, noyés dans un vin rosé que je n’oserais sortir même pour la Sangria.

Déchirée entre curiosité malsaine et dégoût, mais finalement emportée par un élan de courage mystique, je saisis la bouteille d’une main ferme (en me cachant derrière un poteau). Qu’est-ce que je ne ferais pas pour assumer la mission de cette chronique qui m’a été confiée ! Petite pensée pour Mr Lung et hop, on avale sans rétro-olfaction, mais sans non plus se boucher le nez.

Au nez comme en bouche, une violente et inoubliable saveur du spray pour WC de l’aire d’autoroute des Trois Rivières, avec de petites notes mêlées de plastique et de gomme sale. Dieu merci, les bougres ont enlevé la pulpe ! Et la fin de bouche, me demanderez-vous ? Celle du bon gros sucre raffiné qui balaie tout sur son passage.

J’allais oublier : il y a aussi du « E202 » dans le rosé pamplemousse, un conservateur chimique qui figure sur la liste rouge des additifs alimentaires et qui peut provoquer, je cite « asthme, urticaire, rhinites, troubles digestifs, malformations congénitales, effets mutagènes ». Effets mutagènes ? Miam.

Fukushima

Les amis, cette dégustation fut un véritable Fukushima, tant pour mes papilles que pour mon estomac qui, même quelques jours après, en gardent un douloureux souvenir.

Quant à ceux que défendent la naïve théorie selon laquelle ce type de boisson représente une entrée en matière pour convertir les consommateurs au vin, je leur dis : a-t-on déjà éveillé quelqu’un à la musique en lui faisant écouter le dernier CD de Lorie ? La contemplation des croûtes de votre petite cousine de 11 ans vous ont-elles inspiré quelque ferveur pour Bonnard ou Chagall ? Un peu de sérieux…

Comment je le dégusterai :

Plus jamais. Ou alors en arme atomique : j’en jetterais un verre sur ma pire ennemie pour la faire fondre.

Découvrez la sélection de vins rosés d’été d’Orgyness ici

3 thoughts on “Rosé pamplemousse

  1. Un peu surpris! Comment ça c’est pas bon? :p
    Quel courage (mystique?), enfin tout ça pour dire que j’ai adoré cet avis à l’arôme caustique non dénué de détails pourtant bien vrais.

Comments are closed.