Restaurant le Pré-Verre, Paris
Restaurants

Restaurant le Pré-Verre, Paris

Mr Lung n’a pas l’apanage des jeux de mots douteux, la preuve : le Pré-verre, un nom qui fleure bon la cirrhose et le poème de comptoir. Mais si on se contentait de fréquenter les établissements qui ont un joli nom et une belle décoration, on finirait systématiquement ruiné chez un Costes tel que François Simon les adore, l’estomac gâté, le palais râpeux et l’intellect en berne.

restaurant-pre-verre-paris-2

Le Pré-verre n’est pas un restaurant, jetez les adjectifs « bistronomique » ou « gastronomique », et conservez « antipathique » histoire de rimer. Ce n’est pas un restaurant, mais une épreuve. En effet, le service est d’une lenteur, d’un amateurisme et d’une suffisance rares, il vous faut attendre d’interminables minutes avant qu’un passant – ou était-ce un serveur ? -, daigne vous faire l’obole d’un verre, sous l’oeil totalement indifférent de Marc Delacourcelle, le frère en charge des vins, qui se tient pourtant à 2 mètres.

Omerta vinicole

Les vins, précisément. Ils valent le détour, il y a de très belles références, mais pour le conseil, ce sera Tintin, Milou et toute sa fine équipe de Moulinsart. Que dalle. Nada. Gratte-toi. Une épreuve, vous dis-je. Nonobstant, un petit blanc corse, agréable sans plus, parvient à notre table, après 20 minutes à faire reluire le siège. Le boudin blanc aux fèves et à la citronnelle est une déception : diffus, plat, à peine relevé par une citronnelle trop discrète, le contraire d’un puissant cochon, voire un manque d’énergie flagrant.

Fort heureusement, le cochon de lait fondant aux choux croquants et aux épices vient sauver son ainé parti en eau de boudin. Enfin, un peu d’animalité dans un monde d’épices parfois intéressant, mais frisant sans cesse le chichi, ou pire le gimmick. On a envie de dire à Philippe Delacourcelle, le frère aux fourneaux, que le systématique n’est pas forcément une marque de fabrique, mais une signe de paresse.

Plus original, enfin, le dessert – des fraises marinées au persil avec glace au persil – qui souffle avec légèreté les parfums boisés, la fraîcheur de l’eau et de cresson armée d’une discrète sucrosité qui augure doucement un printemps qui tarde à pointer le bourgeon.

restaurant-pre-verre-paris-6

Pur jus

Pour arroser le tout, notre choix s’est porté, non sur un vin corse dont la maison fait sa spécialité – mais sur une Côte du Rhône qui allie puissance et rondeur, équilibrant les accents aromatiques des plats. Peu concluant lorsque les épices de Philippe Delacourcelle surjoue la finesse, mais tout à fait complémentaire avec les cochons de lait ou les joues de boeuf proposés ce jour-là.

Il est fort malheureux que le service en général vienne ainsi plomber ce qui aurait pu être une belle expérience. Il y a de l’arrogance dans ce comportement mi-ours, mi-nonchalant et il n’est pas compatible avec le bien-être de la clientèle. Dommage.

Le Pré-Verre
19 Rue du Sommerard  75005 Paris
Tél. 01 43 54 59 47

Site Internet : http://www.lepreverre.com/

Boudin blanc aux fèves et citronnelle
Cochon de lait fondant et choux croquants aux épices
Fraises marinées au persil, glace persil
Restaurants Restaurant le Pré-Verre, Paris
Adresse : 19 Rue du Sommerard, 75005 Paris, France
Téléphone : +33(0)1 43 54 59 47