La Gazzetta, Paris – FERMÉ
Restaurants

La Gazzetta, Paris – FERMÉ

C’est un bel endroit, jadis un ancien bar un peu glauque me semble-t-il, complètement rénové pour mieux ressembler à ce qu’on pourrait appeler une approche contemporaine du bistrot. Parce que point de vue décorum, tout y est : des carreaux vintage au sol aux chaises bistrot en bois un peu tape-cul, c’est flambant neuf et pourtant vaguement familier. Mais qu’y mange-t-on dans cette jolie salle qui jouxte le marché d’Aligre ? Peter Nilsson, un chef suédois qui pratique la cuisine méditerranéenne après avoir officié au Fumoir offre une cuisine à l’image du décor, c’est-à-dire qui ne ressemble à rien de précis mais rappelle toujours vaguement quelque chose. Il y a chez lui le côté insaisissable des gens du voyage qui frustre autant qu’il attire. Et la formule du soir ne va pas sans rappeler la proposition du Chateaubriand dont on a déjà parlé deux fois sur ce site. Il y a six plats dans le menu, on peut en déguster quatre pour 34€ et tous les six pour 49€.

Cette fois, je n’entrerai dans le détail car je préfère transmettre l’impression globale qui m’a bien plus marqué que tel ou tel plat en particulier. Ca commence bien avec ce sorbet de petit pois sous une crème tiède : un élément frais qui vient émoustiller les papilles et les prépare pour la suite. Les petites asperges qui suivent fonctionne comme un deuxième amuse-bouche, sans totalement satisfaire, elles laissent un doux souvenir de croquant. Puis le porc vient atténuer la faim avec des textures plus sèches avec tout de même une touche de douceur qui vient contraster avec la force du bleu d’Auvergne. Enfin, la mousse de chocolat au lait, caramel et thé vert vient conclure le repas qui a défilé comme un songe. On ne sait plus trop ce qu’on a mangé. C’est étrange. Et pourtant je mentirais si je vous disais que ce n’était pas bon !

Ce que je puis affirmer en revanche, c’est l’inanité de la carte des vins. Vous l’aurez compris, les saveurs proposées sont légères, fines, voire insaisissables et le vin ? Que des vins du soleil ! Languedoc, Italie, Corse… des Exocet sur une fourmilière ! J’ai essayé de me dégager maladroitement en acceptant un blanc espagnol Penedès que le serveur décrit comme un peu gras… Au final, il est bien trop fruité et surtout à des années lumière de mes amours bourguignonnes. Comme au Chateaubriand, c’est le principal reproche que j’adresserai à la Gazzetta.

Mais ne nous méprenons pas. La Gazzetta, c’est une jolie petite table à un prix raisonnable, à l’image du marché d’Aligre qui se trouve à 50 mètres. On y appréciera ce côté convivial et sans façons tout en dégustant la cuisine d’un chef créatif quoiqu’un peu éthéré. Eh oui, un suédois qui se prend pour un méditerranéen, il lui manquera toujours un peu de flamboyance baroque !

La Gazzetta
29, rue Cotte 75012 Paris
Tél. 01 43 47 47 05
Site Internet : http://www.lagazzetta.fr/

Restaurants La Gazzetta, Paris – FERMÉ
Adresse : 29 Rue de Cotte, 75012 Paris, France
Téléphone : 01 43 47 47 05

15 thoughts on “La Gazzetta, Paris – FERMÉ

  1. La dernière édition du Fooding m’avait donné la chance de découvrir cette adresse dans ses cuisines lors d’un service. De plus en plus sévère sur mes critiques de restaurant, je dois bien avoué que là, j’ai été ravie. Pas de prétention dans les plats, tout y est certes original, mais juste. Une adresse a recommander vivement!

  2. La dernière édition du Fooding m’avait donné la chance de découvrir cette adresse dans ses cuisines lors d’un service. De plus en plus sévère sur mes critiques de restaurant, je dois bien avoué que là, j’ai été ravie. Pas de prétention dans les plats, tout y est certes original, mais juste. Une adresse a recommander vivement!

  3. pour moi ça à été un peu la même chose c’était bon mais j’ai oublié, je suis d’acord pour les vins,le choix est déjà petit et les explications pas trop précises (oui à tout, tu veux du léger c’est léger, vous aimé le vin corsé bien sûr c’est corsé…j’éxagère un peu) n’aident pas.

  4. pour moi ça à été un peu la même chose c’était bon mais j’ai oublié, je suis d’acord pour les vins,le choix est déjà petit et les explications pas trop précises (oui à tout, tu veux du léger c’est léger, vous aimé le vin corsé bien sûr c’est corsé…j’éxagère un peu) n’aident pas.

  5. Une astuce « vin du soleil » blancs et rouges quand le Monsieur Vin ne comprend rien :
    pour décrocher le vin plus incisif, frais, vif, viser l’altitude et les vignobles proches de la Mer.
    Certains Rousillon, les Hautes Corbières en languedoc (200m chez Maxime Magnon), le haut des Bandol (on culmine à 400 m à la Bégude), les vins de Cassis…

  6. Une astuce « vin du soleil » blancs et rouges quand le Monsieur Vin ne comprend rien :
    pour décrocher le vin plus incisif, frais, vif, viser l’altitude et les vignobles proches de la Mer.
    Certains Rousillon, les Hautes Corbières en languedoc (200m chez Maxime Magnon), le haut des Bandol (on culmine à 400 m à la Bégude), les vins de Cassis…

  7. Wai-Ming Lung

    @Stéphanie
    Ravi que ça t’ait autant plu que moi !

    @Monica
    Ce que tu dis me rassure, j’ai toujours peur d’être un peu extraterrestre 🙂

    @Guillaume
    Merci pour le conseil, j’essaierai de le mettre en application la prochaine fois… Pour peu que j’ai un altimètre et une carte de France sous la main 😉

  8. Wai-Ming Lung

    @Stéphanie
    Ravi que ça t’ait autant plu que moi !

    @Monica
    Ce que tu dis me rassure, j’ai toujours peur d’être un peu extraterrestre 🙂

    @Guillaume
    Merci pour le conseil, j’essaierai de le mettre en application la prochaine fois… Pour peu que j’ai un altimètre et une carte de France sous la main 😉

Comments are closed.